Partagez | 
 

 DESIDERO Azzo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alrunea

avatar

Messages : 59

Fiche Informative
Sexe: Féminin
Type: Démon sous Contract
Réputation:
600/1000  (600/1000)

MessageSujet: DESIDERO Azzo   Dim 28 Juin - 22:01

Ma vie, mon histoire

Azzo Desidero
Vampire
27 ans
(+300 ans)
Scorpion
Masculin
Italien
Nomade

Feat. Fukuwa, Nico Nico Singer.
Depuis combien de temps n’es-tu pas revenu « chez toi » ? Visiblement, bien trop d’années, de décennies … De siècles même. Tu l’as à peine reconnue en revenant. Il faut l’avouer, depuis tout ce temps Venise a bien changé. Le monde entier a changé. Cela ne t’empêche néanmoins pas de savourer un bon bain chaud dans une demeure huppée. Allongé dans la baignoire, tes souvenirs semblent remonter à la surface aussi vite que la crasse et le sang sur ta peau se dirigent vers le fond du bassin. A te laisser aller, insouciant, rêveur, tu te laisses emporter par ces flots de réminiscences et plusieurs souvenirs te reviennent, accompagnés de visages qui t’auront marqué, à jamais.

Par où commencer ? Il ne te semble pas y avoir de fin, ni de réel début à ces souvenirs. Mais une logique implacable se met en place dans ton esprit et tu te rappelles alors. Rien n’a jamais eu d’importance. Rien. Jusqu’à ce que tu découvres pour la première fois ce qu’ôter la vie à un être vivant représentait. Tu n’étais qu’un adolescent, pauvre, perdu, une merde que tous piétinaient dans un monde où les apparences étaient reines. L’époque où déjà l’Eglise était la plus grande mascarade au monde, où ce Dieu avait bon dos à être la raison de tant de crimes et d’injustices. Et tu en savais quelque chose. Le prier n’avait fait qu’attirer les convoitises de quelques sodomites, des gens respectés dont la parole et la foi n’aurait jamais été remise en cause. Te pensant innocent et sans défense, ta première victime  n’avait pas hésité à te malmener, te torturer et te faire hurler de douleur, lui offrant tant de plaisir dans ta peine. Ce premier, il découvrit l’amertume de la défaite et l’aigreur de la mort au moment où tu appris à quel point la satisfaction d’agir de tes propres mains pouvait être salvatrice, presque jouissive.

Après l’excitation que cette première mort avait fait naître en toi, il n’avait pas fallu longtemps pour que tu uses et abuses de ton statut de brebis égarée … Et que tu appliques cette justice soi-disant divine à ceux qui le méritaient le plus. Profitant de leur trépas pour alléger ces monstres de leur or, les quelques années suivantes furent plutôt agréables à vivre. Perfectionnant l’art de la Mort, tu t’intéressas vite à la médecine et à la beauté du corps humain, une fois mis à nu. Trouvant là quelque chose qui te permettrait sûrement de joindre l’utile à l’agréable, tu te projetas un moment dans le futur, jusqu’à ce qu’une rencontre ne change tout.

Occupé à jeter des restes humains d’une énième dissection à l’eau, espérant qu’ils ne remontent jamais du fond, tu n’avais qu’à peine prêté attention au pauvre hère à l’agonie, avachi contre un mur suintant. En revanche, l’homme fièrement armé d’une épée scintillante qui se dirigeait droit sur lui, tu n’avais définitivement pu le rater ! Aussi, quand il transperça la chair de l’être le plus faible, une boule de rage resta coincée dans ta gorge tandis que tu t’étais déjà jeté sur ce que tu pensais être un noble se croyant tout permis. Combat ô combien inégal vu le gabarit du bougre, cette distraction permit toutefois à la victime de redevenir prédateur et, sous tes yeux, d’ôter la vie de son assaillant à grandes gorgées.

Vos yeux s’étaient croisés et jamais tu ne l’oublierais, ce regard pourpre, si intense. Figé, tu n’avais pu te résoudre à fuir. En réalité, la peur ne faisait pas partie de la liste de tout ce que tu avais pu ressentir. En revanche, une admiration sans limite, plus que malsaine et à l’égard d’un véritable monstre, ça tu n’avais pu le manquer. Tout ton corps tremblait, pas de crainte mais bien d’excitation. Aussi, quand l’inconnu sembla fléchir sous la peine causée par ses plaies, tu te hâtas de l’aider. Peu importe le danger qu’il puisse représenter, tu sus au moment où vos regards s’étaient croisés qu’il représentait plus que tout ce que tu aurais pu imaginer. Il était la réponse, à toutes tes questions, à tous tes désirs enfouis et fantasmes inavoués.

L’inconnu ne le resta pas longtemps et celui que tu avais aidé se présenta rapidement, tandis que tu bandais ses plaies une fois à l’abri. Alec était pour toi un mystère, autant qu’une véritable bénédiction. Tu appris beaucoup de lui, tout autant qu’il en apprit de toi. Considéré comme une cible à abattre, tu l’aidas à se cacher durant plusieurs mois. Tu t’attachas vite à lui, jusqu’à ressentir plus qu’une simple empathie à son égard. Ce duo malsain ne pouvant durer éternellement sous cette forme, il fallu attendre qu’une maladie transmise par un corps que tu disséquais ne t’anéantisse pour qu’il daigne te transformer.

La transition fut quelque chose que tu préfères encore oublier, à l’inverse de tes premiers pas comme vampire, qui eux resteront à jamais gravés dans ta mémoire. Prenant un certain plaisir à étancher tes premières grandes soifs, tu passas plusieurs décennies en sa compagnie. Un laps de temps que tu aurais préféré plus long, mais qu’un Traqueur se fit une joie d’achever, en même temps que l’état de non vie de ton Ami, de ton Amour, de ton Tout. Fuyant le plus loin possible de cette ville maudite à tes yeux, tu te répétas chaque jour ce qu’il te susurrait à l’oreille chaque fois que tu ouvrais les yeux en sa compagnie. Ces quelques mots devinrent ton crédo, un leitmotiv régissant ta pensée, ta façon de faire et d’être.

« Carpe Diem. »

Seul avec tes pensées dans cette baignoire, tu esquisses un sourire, emprunt de nostalgie. Depuis le moment où tu t’es promis de vivre ta vie au jour le jour, sans te soucier du lendemain … Jamais tu ne t’es retourné. Mais tu es là, à Venise, là où tout s’est terminé, là où tout à commencé. Sortant du bain, tu passes dans le salon, évites soigneusement la tâche de sang qui se répand et le cadavre se vidant du peu de fluide vital qu’il lui reste, puis tu passes dans la chambre adjacente pour emprunter quelques vêtements à ton jouet de la soirée, qui a servi d’hôte, de distraction, dîner et poids mort.

Mettant à profit toutes les citations Latines avec lesquelles ton géniteur t’a bercé, tu laisses une petite carte ainsi qu’un billet à l’attention de la bonne, qu’elle ne perde pas sa journée en tombant dans les pommes lorsqu’elle découvrira le corps de son employeur. Deux mots, valables autant pour toi que pour elle, et tous ceux qui oseraient se mettre sur ton chemin, tandis que l’idée de venger ton créateur devient une évidence, une fois revenu à tes débuts. Et au début de leur fin.

« Memento Mori. »

Métier : Quel métier exerce votre personnage ? (très) Ancien étudiant en médecine.
Affiliation : Indépendant

Ambitions & Réflexion

Taille : 1m80
Corpulence : moyenne (80kg)
Cheveux : Noir
Yeux : D'un bleu profond
Signe(s) Distinctif(s) : Des yeux d'un bleu presque inhumain. Un éternel sourire en coin et un air léger en (quasiment) toute circonstance. Même les plus funestes et sanglantes.
Style Vestimentaire : Aucun style particulier, tout dépend de ce qu'il prend à ses victimes après les avoir massacrées.

« Carpe Diem. »

Azzo n’est pas quelqu’un de compliqué. Il vit sa vie au jour le jour, sans s’inquiéter des conséquences ou de tout le bordel qu’il peut engendrer. Il n’est pas insouciant ou complètement idiot, il n’en a juste rien à faire. Et il aime le sang, sous toutes ses formes. Que ce soit mordu au cou, à la cuisse, après avoir rompu la trachée de sa victime ou l’avoir démembrée sous le joug de la colère, sentir le sang couler dans sa gorge est le meilleur moyen de le calmer.

Calculateur et prévoyant, il aime préparer ses gros coups et soigner la présentation. On pourrait le considérer comme un psychopathe maniaque ayant le souci du détail ! Ce qu’il préfère, juste après le sang, c’est cette sensation de liberté qu’il a dans la fuite. Un véritable pied de nez à ses détracteurs et ceux qui le chassent.

Mais il y a toujours un moment où il doit se défendre et passer à l’attaque, pour assurer sa propre survie. Dans ces moments là, la candeur, l’innocence feinte qui émane généralement de son être s’efface. Il étudie toutes les possibilités, les estime, projette à foison les scénarios susceptibles de se réaliser … Dans le but de ne laisser aucune échappatoire au prédateur qui devient alors SA proie. Ce monstre là, resté caché bien trop longtemps dan le déni et la peur de se retourner, celui là il a décidé de crier vengeance, contre ceux qui lui ont tout pris, l’ont forcé à fuir sans même pouvoir dire un dernier adieu à celui qui représentait tout pour lui.

Et ceux là, ils vont payer, souffrir et mourir.



Le Sang de mon Sang

Azzo est un vampire ayant déjà beaucoup vécu,tué et surtout fui. Il possède donc une certaine conscience et maîtrise de ses dons et capacités physiques, ce qui le rend particulièrement dangereux. Il a toutefois encore beaucoup à découvrir et à apprendre, bien qu'il use et abuse déjà de toutes les possibilités qui s'offrent à lui.


Alec était tout pour lui. Absolument tout. Leur lien était fusionnel et particulièrement malsain. Tout était raison pour eux de se réjouir, que ce soit en admirant le ciel étoilé ou en massacrant la première personne les ayant regardés de travers. Sur la même longueur d'onde, ils auraient pu passer une éternité à se complaire dans cette passion sanglante ... Si le géniteur n'avait pas connu le trépas. La mort de ce dernier a grandement affecté Azzo qui depuis fuit sans se retourner. Ou fuyait. Les temps changent et le besoin de vengeance se fait sentir. Ou comment motiver un monstre à faire ce à quoi il excelle : semer la mort et la discorde là où il passe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
DESIDERO Azzo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Leigh Ann ღ the sun is going down you'll be alright

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Omenirea Nemuritori ::  :: Archives-
Sauter vers: